21.1°C
Soleado

Histoire « Commune de Tías »

L’histoire de la commune de Tías remonte aux éruptions volcaniques du XVIIIe siècle, qui ensevelirent 13 villages de l’île ainsi que de nombreux champs de céréales typiques de Lanzarote. L’île, aride par nature, vit sa population diminuer progressivement en raison des longues périodes de sécheresse et des nombreuses attaques de pirates, des événements aux connotations apocalyptiques. Beaucoup tentèrent d’abandonner l’île, ce que la couronne d’Espagne punissait de la peine capitale afin de maintenir son contrôle sur ce site militaire stratégique.

Commune : Tías : 1941-1950 Titulaire : Archives historiques de Teguise

Titulaire : Conseil municipal de Lanzarote (Patrimoine historique)

De nombreux habitants des villages détruits s’enfuirent vers des lieux peu peuplés situés à proximité. À l’époque, cette zone était déjà connue sous le nom de Tías, et était considérée, jusqu’à l’arrivée du tourisme, comme la région la plus pauvre de Lanzarote. Outre l’élevage de porcs et de chèvres, on y cultivait des légumes secs, des oignons, des tomates et du raisin. Les paysans se rendirent rapidement compte des effets bénéfiques des éruptions volcaniques sur les cultures : la cendre volcanique poreuse capte et accumule l’humidité, ce qui a pour effet d’alimenter lentement les racines des plantes. Pendant la journée, elle crée une couche protectrice qui prévient l’évaporation. Au cours de la seconde moitié du XVIIIe siècle, le petit port de Puerto del Carmen exportait même vers l’Angleterre un type de savon obtenu à partir de la « barrilla », une plante appartenant au genre Salsola. Au cours des siècles suivants, Lanzarote ne connut pas de grands bouleversements. À la fin des années 1960, une nouvelle période de sécheresse obligea les femmes et les enfants à s’occuper des travaux des champs pour que les hommes puissent partir pêcher plusieurs mois en haute mer. L’arrivée progressive du tourisme, avec les hôtels Los Fariones et San Antonio comme uniques options d’hébergement, permit aux insulaires d’affronter pour la première fois leur avenir avec optimisme.

Pin It on Pinterest

Share This